Déclassements au CNRS : ne restons pas sans rien dire

A l’heure où flottent des rumeurs sur l’intention du président du CNRS de réduire grandement le nombre de postes de chercheurs et chercheuses proposés au concours et de faire en sorte que le rôle des sections dans le recrutement soit amoindri, nous, électrices et électeurs des section 36 et 40, nous inquiétons à la fois du renoncement de la section 36 à défendre son choix de l’an passé, et des velléités persistantes de l’INSHS de s’arroger la prérogative exclusive du choix des chercheurs et chercheuses en sciences sociales. Surtout, nous regrettons vivement l’absence de considération pour la dimension humaine des enjeux du recrutement. Dans un contexte de forte pénurie de postes, les discussions sur les critères scientifiques de classement sont certes de plus en plus cruciales. Mais dans le même temps, elles perdent de leur sens lorsqu’elles visent à départager des candidat·es qui, en réalité, méritent tou·tes d’être titularisé·es.

Nous demandons donc :

1. De la considération pour les conséquences humaines des classements et déclassements successifs ;

2. Que la composition du jury d’admission de l’INSHS soit rendue publique ainsi que ses critères ;

3. Un retour de nos élu·es de la section 36 sur les concours 2017 et 2018 et des propositions concrètes pour améliorer les procédures de recrutement ;

4. Une création massive de postes !

Enfin, nous tenons à affirmer notre solidarité avec les collègues victimes de ces déclassements, et plus largement avec tou·tes les candidat·es qui affrontent ces procédures.

Premier·es signataires

Sarah Abdelnour, Marlène Benquet, Sophie Bernard, Lise Bernard, Céline Bessière, Marianne Blanchard, Séverine Chauvel, Jean-Baptiste Comby, Marie-Paule Couto, Marie-Laure Geoffray, Pierre Gilbert, Sibylle Gollac, Stéphanie Guyon, Karim Hammou, Cédric Hugrée, Alban Jacquemart, Wilfried Lignier, Cédric Lomba, Pascal Marichalar, Nicolas Mariot, Muriel Mille, Julie Pagis, Laure Pitti, Arnaud Saint Martin, Yasmine Siblot

Suite à ce premier texte, nous avons reçu plusieurs réactions de membres de la section, en messages privés ou publics. Nous diffusons ici la réponse de Valérie Boussard qui a souhaité la rendre publique – et nous publierons d’autres messages si les membres de la section le souhaitent – ainsi qu’un court texte ci dessous qui rappelle le sens de notre démarche et pourquoi nous nous sommes d’abord tourné.es vers nos élu.es

« Après la mobilisation de l’an dernier, nous avons voulu dans un premier message signaler notre désaccord avec les choix opérés à la fois par le jury d’admissibilité et le jury d’admission qui ont abouti au non-recrutement des 2 collègues déclassés l’an dernier.
Nous nous sommes donc tourné.e.s vers nos élu.e.s :
– non pour les remettre en cause individuellement ;
– non pour faire peser sur elles et eux la seule responsabilité de ces classements;
Mais pour qu’ils et elles nous permettent de comprendre ce qui s’est passé, qu’elles et ils rendent publiquement compte de la situation, dans un contexte où ces déclassements ont suscité l’incompréhension, et parfois plus, de nombreux et nombreuses collègues.
Nous renouvelons donc notre souhait que nos élu.e.s tiennent publiquement au courant la profession des suites de ce concours en nous informant de la date de la réunion prévue avec la direction du CNRS, de la position qu’ils/elles y auront défendue et des réponses apportées par le CNRS. »
Sarah Abdelnour, Marlène Benquet, Sophie Bernard, Céline Bessière, Marianne Blanchard, Séverine Chauvel, Marie-Paule Couto, Marie-Laure Geoffray, Pierre Gilbert, Sibylle Gollac, Stéphanie Guyon, Karim Hammou, Cédric Hugrée, Alban Jacquemart, Wilfried Lignier, Cédric Lomba, Pascal Marichalar, Nicolas Mariot, Muriel Mille, Julie Pagis, Laure Pitti, Arnaud Saint Martin, Yasmine Siblot

Pour signer (le texte initial) :

Déclassements au CNRS : ne restons pas sans rien dire.

A l’heure où flottent des rumeurs sur l’intention du président du CNRS de réduire grandement le nombre de postes de chercheur·es proposés au concours et de faire en sorte que la moitié d’entre eux soient attribués désormais par les instituts plutôt que les sections, nous, électrices et électeurs des section 36 et 40, nous inquiétons à la fois du renoncement de la section 36 à défendre son choix de l’an passé, et des velléités persistantes de l’INSHS de s’arroger la prérogative exclusive du choix des chercheur·es en sciences sociales. Surtout, nous regrettons vivement l’absence de considération pour la dimension humaine des enjeux du recrutement. Dans un contexte de forte pénurie de postes, les discussions sur les critères scientifiques de classement sont certes de plus en plus cruciales. Mais dans le même temps, elles perdent de leur sens lorsqu’elles visent à départager des candidat·es qui, en réalité, méritent tou·tes d’être titularisé·es.

Nous demandons donc :
1. De la considération pour les conséquences humaines des classements et déclassements successifs ;

2. Que la composition du jury d’admission de l’INSHS soit rendue publique ainsi que ses critères ;

3. Un retour de nos élu·es de la section 36 sur les concours 2017 et 2018 et des propositions concrètes pour améliorer les procédures de recrutement ;

4. Une création massive de postes !

Enfin, nous tenons à affirmer notre solidarité avec les collègues victimes de ces déclassements, et plus largement avec tou·tes les candidat·es qui affrontent ces procédures

Premier·es signataires: Sarah Abdelnour, Marlène Benquet, Sophie Bernard, Céline Bessière, Marianne Blanchard, Séverine Chauvel, Jean-Baptiste Comby, Marie-Paule Couto, Marie-Laure Geoffray, Pierre Gilbert, Sibylle Gollac, Stéphanie Guyon, Karim Hammou, Cédric Hugrée, Alban Jacquemart, Wilfried Lignier, Cédric Lomba, Pascal Marichalar, Nicolas Mariot, Muriel Mille, Julie Pagis, Laure Pitti, Arnaud Saint Martin, Yasmine Siblot

**your signature**

Signer
174 signatures

Partagez

   


Dernières signatures
174 Aude Lejeune Déc 10, 2018
173 Pierre DELHON Déc 04, 2018
172 Tom Goldman Juil 11, 2018
171 Sophie Louey Juil 05, 2018
170 Abigail Bourguignon Juil 05, 2018
169 Fanny Bugeja-Bloch Juil 04, 2018
168 Vincent Burckel Juil 04, 2018
167 Wenceslas Lizé Juil 04, 2018
166 Ugo Palheta Juin 27, 2018
165 Sébastien Roux Juin 26, 2018
164 jerome bau Juin 26, 2018
163 Laure Bereni Juin 25, 2018
162 Francesca Sirna Juin 25, 2018
161 Ségolène Mennesson Juin 25, 2018
160 Sébastien Delarre Juin 25, 2018
159 Jean-Pierre Le Bourhis Juin 25, 2018
158 Vincent Moeneclaey Juin 25, 2018
157 Diane Rodet Juin 25, 2018
156 Nicolas Kaciaf Juin 25, 2018
155 Sylvie Tissot Juin 25, 2018
154 Elise De la gorce Juin 25, 2018
153 Emir MAHIEDDIN Juin 25, 2018
152 Fanny PARENT Juin 25, 2018
151 Sébastien Chauvin Juin 25, 2018
150 Jean-Jacques Gonzalez Juin 25, 2018
149 Elise Penalva Icher Juin 25, 2018
148 Florence Jamay Juin 24, 2018
147 Sylvain VILLE Juin 24, 2018
146 Virginie Descoutures Juin 24, 2018
145 Sophie Bonzom Juin 24, 2018
144 Lucie Revilla Juin 24, 2018
143 Virginie Anquetin Juin 24, 2018
142 Sophie Pochic Juin 24, 2018
141 Tommaso Pardi Juin 24, 2018
140 Anne-Marie Devreux Juin 24, 2018
139 Giuseppe Bianco Juin 24, 2018
138 Thibaut Menoux Juin 24, 2018
137 Guillaume Pauthier Juin 24, 2018
136 Pierre-Yves Modicom Juin 24, 2018
135 Florent Tétard Juin 24, 2018
134 Benoît Leroux Juin 24, 2018
133 Soumia Bouzalmat Juin 24, 2018
132 Léa Lima Juin 23, 2018
131 Frédéric Rey Juin 23, 2018
130 sandrine garcia Juin 23, 2018
129 Nadine Mohammed Juin 23, 2018
128 Sophie ORANGE Juin 23, 2018
127 Flaviene Lanna Juin 23, 2018
126 ronan giraud Juin 23, 2018
125 Milena Jaksic Juin 23, 2018