We must defend the autonomy of research and teaching

 

It would be an understatement to say that the reforms imposed on our research system and carried out over the past fifteen years in the name of excellence have not produced the desired effects. Aiming to strengthen France’s international scientific position, they only led to a drop in the number of French publications – the performance indicator chosen by the reformers themselves! No wonder – statistics concerning the assessment of public policy demonstrate that the quantity of scientific publications is proportional to the money invested in research, but that it is practically insensitive to structural reforms. However, over the past fifteen years, the financial effort focused on establishing a tax niche, called the Research Tax Credit, intended to circumvent the European ban on direct public aid to businesses. Yet, the assessment report published by France Stratégie of the impact of the Research Tax Credit is final – its leverage effect on private investment has been … negative.

 

The reorganization of universities and research centers also have profound systemic effects, which can be observed when one pays attention to the quality of the knowledge produced and transmitted and not just to bibliometric measures. Structural reforms have led to a decline in the quality and demand for scientific production, along with the multiplication of fraud scandals. This institutional crisis of the French academic world is all the more dramatic because it occurs in a phase of social, climatic and democratic crises, the resolution of which can only come from the production, transmission, and preservation of critical knowledge.
Because it is based on the pursuit of truth as a common horizon, science presupposes the autonomy of scientists, researchers and academics, vis-à-vis all forms of power on which its development depends, whether they are political, economic or religious. This academic freedom should not be thought of as an absence of barriers but as a type of positive action guaranteed by effective means. It must therefore start with the reaffirmation of the practical conditions for its autonomy.

 

The first condition is budgetary: to encourage inventiveness and creation, it is essential to endow research with sustained funding, therefore breaking with the bureaucratic pattern of short-term “calls for projects”, which encourage conformism and incremental research.

The second condition is related to time. To maintain the biodiversity necessary for a thriving research ecosystem, it is necessary to legally guarantee the possibility of long periods of time dedicated for research. The Spencerian selection promoted in the highest spheres of power, based on fragmentation and the generalization of contract-based projects, kills this diversity and supports the qualitative crisis. The solution lies in opening long-term quality recruitments for both research and administrative staff, which are also a condition of attractiveness for junior researchers, so that the system can flourish with new ideas and aspirations.

 

The third condition is to reduce the fragmentation of scholarly work, and to prevent by all means the separation between those carrying out the assessment work, namely managers close to power, and dispossessed researchers and academics, who have become mere executors. This separation is the strict definition of a bureaucracy. It is essential to carry out an audit of all these assessment structures which have been piling up one on top of the other for the fifteen years and to quantify their operating costs in order to re-channel the financial and human resources and eliminate unnecessary or even harmful layers.

 

In terms of practices, the originality and strength of scientific productions have been assessed and guaranteed for centuries by one standard, which is collegial controversy, the disputatioof the classics, namely contradictory and free discussion within a community of peers. This principle of social gratification based on the recognition of the intellectual value of work, cannot be reduced to a managerial “evaluation”, the foundations of which are based on a system of external quantitative standards, determined by the interests of investors. These external standards quickly cease to be a simple measure and become the objective to be achieved. In reality, we should be clear that it is incumbent upon any monitoring, recruitment or promotion committee to base their deliberations and evaluations after having read the work presented, and not after having computed figures. For this to be feasible and cogent, the number of works submitted for examination must be drastically reduced.

 

Finally, the autonomy of the academic world requires the re-establishment of demanding scientific probation standards, taking into account the specificities of our day and age. There is an urgent need for research communities to restore their control of scientific journals, and to oust the publishing oligopoly on which the current evaluation policies are based technically and economically.
To carry out these reforms, we are running for the presidency of the institution in charge of defining the standards and procedures that regulate, organize and determine scholarly production, namely the HCERES. Our collective candidacy aims to reestablish the principles of autonomy and responsibility of the researchers who make science. There cannot be a separate administration endowed with a “president” to supervise these practices. It is the whole of the scientific community who must preside over the qualitative evaluation of its production.
Without independent research, we have no future.

 

Défendre l’autonomie de la recherche et des formations

C’est peu dire que les réformes de notre système de recherche menées depuis quinze ans au nom de l’excellence n’ont pas eu l’effet escompté. Ambitionnant de renforcer le statut de puissance scientifique de la France, elles n’ont mené qu’au décrochage de la part française des publications mondiales, l’indicateur de performance choisi par les réformateurs eux-mêmes. Il n’y a pas à s’étonner : l’évaluation statistique des politiques publiques montre que la quantité de publications scientifiques est proportionnelle à l’argent investi dans la recherche, mais qu’elle est pratiquement insensible aux réformes structurelles. Or pendant ces quinze ans, l’effort financier s’est focalisé sur une niche fiscale, le Crédit d’Impôt Recherche, destinée à contourner l’interdiction européenne des aides publiques directes aux entreprises. L’évaluation faite par France Stratégie de son intérêt pour la recherche est sans appel : son effet de levier sur l’investissement privé est… négatif.

Les réorganisations de l’Université et de la recherche ont aussi des effets systémiques profonds, mais qui ne sont observables que si l’on s’intéresse au savoir produit et transmis plutôt qu’au dénombrement bibliométrique. Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique, dont les multiples scandales de fraude ne sont que la partie apparente. Cette crise institutionnelle du monde savant est d’autant plus dramatique qu’elle survient dans une phase de crise sociale, climatique et démocratique dont la résolution passe par la production, la transmission, la critique et la conservation des savoirs.

Parce qu’elle se fonde sur la poursuite de la vérité comme horizon commun, la science suppose l’autonomie des savants, chercheurs et universitaires, vis-à-vis des pouvoirs dont son exercice dépend, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. Cette liberté académique ne doit pas être pensée comme une absence d’entraves mais comme une liberté positive, garantie par des moyens effectifs. Le sursaut passe par la réaffirmation des conditions pratiques de cette autonomie.

La première condition est budgétaire : pour encourager l’inventivité et la création, il est indispensable de doter la recherche de financements récurrents, en rupture avec le formatage bureaucratique de la science par des “appels à projets” court-termistes, qui encouragent le conformisme et la recherche incrémentale.

La deuxième condition tient à cette autre ressource préalable à la recherche : le temps. Pour maintenir la biodiversiténécessaire à un écosystème de recherche florissant, il est nécessaire de garantir statutairement la possibilité du temps long. La sélection spencérienne promue en haut lieu, faite de fragmentation et de contractualisation généralisée des statuts, tue cette diversité et entretient la crise qualitative. La solution passe par un recrutement de qualité lié à des postes pérennes, condition de l’attractivité pour les jeunes chercheurs comme pour les personnels techniques, de façon à irriguer sans cesse le système d’idées et d’aspirations nouvelles.

La troisième condition est de réduire la division du travail savant, ce qui exclut la séparation entre des managers de la recherche exerçant le pouvoir, et des chercheurs et universitaires dépossédés et devenus de simples exécutants, séparation qui constitue la définition stricte d’une bureaucratie. Il est indispensable de procéder à un audit des structures empilées depuis quinze ans et au chiffrage de leur coût de fonctionnement afin de libérer des moyens en supprimant des strates inutiles, voire nuisibles.

Sur le plan des pratiques, l’exigence et l’originalité des travaux scientifiques sont garanties depuis des siècles par une norme, celle de la controverse collégiale (la disputatio des classiques) : la discussion contradictoire et libre au sein de la communauté des pairs. Ce principe de gratification sociale fondée sur la reconnaissance de la valeur intellectuelle des travaux est irréductible à une “évaluation” managériale dont les fondements reposent sur un système de normes quantitatives externes, déterminées par les intérêts d’investisseurs : toute métrique normative cesse vite d’être une simple mesure pour devenir elle-même l’objectif à atteindre. Obligation doit donc être faite à tout comité de suivi, de recrutement ou de promotion de baser ses délibérations sur la lecture des travaux, et non sur l’évaluation quantitative. Pour que ce soit faisable et probant, le nombre de travaux soumis à examen doit être limité drastiquement.

L’autonomie du monde savant nécessite enfin de ré-instituer des normes de probation scientifiques exigeantes, prenant en compte les spécificités contemporaines. Il est urgent de restituer aux communautés de chercheurs le contrôle des revues scientifiques, et de destituer l’oligopole de l’édition sur lequel se fondent techniquement et économiquement les politiques d’évaluation actuelles.

Pour procéder à ces réformes, nous nous portons candidats à la présidence de l’institution en charge de définir les normes et les procédures qui régulent, organisent et déterminent la production savante : le HCERES. Notre candidature collective vise à renouer avec les principes d’autonomieet de responsabilité des savants qui fondent la science. Il ne saurait y avoir d’administration distincte dotée d’un « président » pour superviser ces pratiques : c’est l’ensemble du corps savant qui doit présider à l’évaluation qualitative de sa production.

Sans recherche autonome, nous n’avons pas d’avenir.

 

Names of the first hundred participants in the collective candidacy:

 

Les cent premiers participants à la candidature collective :

Emmanuel Agullo, informatique, INRIA

Bruno Andreotti, physique, Université Paris 7

Dominique Archambault, informatique, Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis

Pierre Arnoux, mathématiques, Aix-Marseille Université

Isabelle Backouche, histoire, EHESS

Anne-Sophie Beignon, biologie, CNRS, CEA/INSERM/Univ. Paris-Saclay

Olivier Berné, astrophysique, CNRS, Observatoire Midi-Pyrénées

Bertrand Binoche, philosophie, Université Paris 1

Yann Bisiou, droit privé, Université Paul Valéry – Montpellier 3

Alexis Blanchet, sciences de l’information et de la communication, Université Sorbonne nouvelle Paris 3

François Bon, archéologie, Université de Toulouse Jean Jaurès

François Boulogne, physique, CNRS, Université Paris-Saclay

Catherine Bourgain, génétique humaine, INSERM

Guillaume Bridet, lettres, Université de Bourgogne

Mathieu Brunet, lettres, Université d’Aix-Marseille

Yann Bugeaud, mathématiques, Université de Strasbourg

Mathilde Carpentier, bioinformatique, Sorbonne Université

Antoine Chambert-Loir, mathématiques, Université de Paris

Francis Chateauraynaud, sociologie, EHESS

Guillaume Coqui, philosophie, université de Bourgogne

Fanny Cosandey, histoire, EHESS

Sandrine Costamagno, archéologie, CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès

François-Xavier Coudert, chimie, CNRS

Françoise Crémoux, études hispaniques, Université de Paris 8

Gabriella Crocco, philosophie, Université d’Aix-Marseille

Pascal David, physique, Université Paris Diderot

Steeves Demazeux, philosophie, Université Bordeaux-Montaigne

Pascale Dubus, histoire de l’art, Université Paris 1

Sébastien Dutreuil, philosophie, CNRS, Centre Gilles Gaston Granger.

Florence Elias, physique, Université de Paris

Marianne Elias, biologie evolutive, CNRS, Paris

Estelle Forey, écologie, Université de Rouen

Jean-Louis Fournel, études italiennes/histoire de la pensée politique, Université de Paris 8

Sara Franceschelli, épistémologie, ENS de Lyon

Claudia Fritz, acoustique, Sorbonne Université et CNRS

Nelly Frossard, pharmacologie, Université de Strasbourg

Fanny Gallot, historienne, Université Paris Est Créteil.

Jean-Luc Galzi, pharmacologie, Université de Strasbourg

Stéphane Gançarski, informatique, Sorbonne Université

Laurence Giavarini, lettres, Université de Bourgogne

Pierre Gilliot, physique, Université de Strasbourg

Julien Gossa, informatique, Université de Strasbourg

François Graner, physique, Université de Paris Diderot

Elie Haddad, histoire, CNRS/ EHESS

Jacques Haiech, biologie, Université de Strasbourg

Hugo Harari-Kermadec, économiste, ENS Paris-Saclay

Sarah Hatchuel, cinéma et audiovisuel, Université Paul Valéry Montpellier III

Myriam Housssay-Holzschuch, géographie, université Grenoble-Alpes

Philippe Huneman, philosophie, CNRS/Paris I

Yacine Iklef, physique, CNRS / Sorbonne Université

Sabina Issehnane, économie, Université Paris Diderot

Vincent Jacques, physique, Université Paris Saclay

Sophie Jallais, économie, Université Paris 1

Chantal Jaquet, philosophie, Université Paris 1

Philippe Jarne, écologie & évolution, CNRS, Montpellier

Chantal Jaquet, philosophie, Université Paris 1

François Jarrige, histoire, Université de Bourgogne

Solenne Jouanneau, science politique, IEP de Strasbourg

Arne Keller, physique, Université Paris Saclay

Benoît Kloeckner, mathématiques, Université Paris-Est Créteil

Joël Laillier, sociologie, Université d’Orléans

Jérôme Lamy, histoire et sociologie, CNRS, UT2J

Sylvain Laurens, sociologie, EHESS

Alice Lebreton, biologie, INRAE, ENS

Guillaume Lecointre, systématique, Muséum national d’Histoire naturelle

Jacques Le Bourlot, physique, Université Paris-Diderot & Observatoire de Paris

Nathalie Lidgi-Guigui, sciences des matériaux, Université Sorbonne Paris Nord

Olivier Long, arts plastiques, Université Paris 1

Jean-Marie Maillard, physique, CNRS et Sorbonne Université

Corinne Maitte, histoire, Université de Marne-la-Vallée

Christine Marcandier, lettres, Aix-Marseille Université

François Marchal, paléoanthropologie, CNRS, AMU, EFS

Christophe Martin, Littérature, Sorbonne Université

François Massol, écologie, CNRS

Hélène Michel, science politique, Université de Strasbourg

Monica Michlin, études américaines contemporaines, Université Paul Valéry Montpellier 3

Christophe Mileschi, études italiennes, Université Paris Nanterre

Pérola Milman, physique, CNRS/Université de Paris.

Guillaume Miquelard-Garnier, science des matériaux, Conservatoire National des Arts et Métiers

Pierre-Yves Modicom, linguistique germanique, Bordeaux-Montaigne

François Munoz, écologie, Université Grenoble-Alpes

Magali Nachtergael, lettres, Université Sorbonne Paris Nord

Antonine Nicoglou, philosophie, Université de Tours

Christine Noille, lettres, Sorbonne Université

Georges Orfanoudakis, biologie, Université de Strasbourg

Hervé Perdry, génétique humaine, Université Paris-Saclay

Joël Pothier, bioinformatique, Sorbonne Université

Emmanuelle Porcher, écologie, Muséum national d’Histoire naturelle

Dominique Pradelle, philosophie, Sorbonne Université et CNRS

Sophie Rabau, littérature générale et comparée, Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Christelle Rabier, histoire des sciences et des techniques, EHESS

Bertrand Rémy, mathématiques, École polytechnique

Frédéric Restagno, physique, CNRS et Université Paris-Saclay

Emmanuelle Rio, physique, Université Paris-Saclay

Dinah Ribard, histoire, EHESS

Antoine Roullet, histoire, CNRS

Marine Roussillon, lettres, Université d’Artois

Sophie Sacquin-Mora, biochimie, CNRS

Arnaud Saint-Martin, sociologie, CNRS

Johanna Siméant-Germanos, science politique, ENS

Barbara Stiegler, philosophie, Université Bordeaux Montaigne

Isabelle Théry-Parisot, bioarchéologie, CNRS, Université Côte d’Azur

Christian Topalov, sociologie, EHESS

Jean-Louis Tornatore, anthropologie, Université de Bourgogne

Nicolas Valdeyron, archéologie, Université Toulouse Jean Jaurès

Boris Valentin, archéologie, Université Paris 1

Franck Varenne, philosophie, Université de Rouen

Nicolas Verzelen, mathématiques, INRAE

Guy Zuber, chimie, Université de Strasbourg