Posted on

Que devient Camille Noûs ?

Cela fait maintenant trois mois que nous vous avons transmis la proposition d’une signature collective appelée à devenir une contribution significative de la communauté de recherche à nos travaux pour en faire une marque d’intégrité scientifique. Vous avez choisi le nom de « Camille Noûs » pour incarner cette initiative, et « Cogitamus » comme nom du laboratoire de rattachement de Camille, unité de recherche à laquelle nous pouvons toutes et tous revendiquer une affiliation secondaire si nous souscrivons aux principes avancés en mars.

« Camille Noûs » du Laboratoire Cogitamus est donc pensé(e) comme un consortium scientifique créé pour affirmer le caractère collaboratif et ouvert de la création et de la diffusion des savoirs, sous le contrôle de la communauté académique.

Il nous semble important de revenir vers vous pour présenter un bilan chiffré, sur la base des données que nous avons pu collecter. Trois mois après son lancement, la signature de Camille Noûs a été jointe à une cinquantaine d’articles, dont dix ont d’ores et déjà été publiés, majoritairement en SHS, mais aussi en sciences naturelles, chez plusieurs éditeurs français et internationaux. Deux appels à communication nous ont été signalés comme étant lancés par Camille Noûs. Simultanément, son nom a aussi été associé à plusieurs textes en défense de l’institution scientifique.

Cette initiative a également donné lieu à des réflexions et discussions autour de la notion d’intégrité scientifique. Vous trouverez ici, au format FAQ, une réponse basée sur les questions et arguments échangés avec plusieurs d’entre vous via l’adresse de contact camille.nouscogitamus.fr.

En outre, nous voudrions vous rappeler deux autres initiatives prises par des membres du collectif RogueESR :

  • la série de vidéos « Penser la pandémie », produites en collaboration avec des membres du séminaire Politique des Sciences de l’EHESS, dont le 3ème épisode est ici :
  • un questionnaire visant à faire un point sur notre état d’esprit face aux enjeux actuels de l’ESR après les épreuves de ces derniers mois.

Enfin, il nous semble important de signaler à celles et ceux d’entre vous qui n’auraient pas reçu cette information que le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche entend présenter le projet de loi de programmation pluriannuelle pour la recherche (LPPR) aux instances paritaires à partir du 12 juin pour un passage en conseil des ministres le 8 juillet.

Prenez soin de vous et de vos proches.

9 − 8 =