Posted on

Zéro Covid

La journal Libération a publié la tribune « Zéro Covid : pour une stratégie sanitaire d’élimination du coronavirus » demandant une stratégie sanitaire à la fois plus efficace et plus respectueuse des libertés. Vous pouvez la signer ici.

Nous attirons votre attention sur un changement lexical : le terme de « brigades d’arpenteurs » était une scorie d’une version précédente et aurait dès le départ dû être remplacé par « équipes d’arpenteurs », l’enjeu n’étant évidemment pas de déployer une police du virus, mais bien des groupes de conseil et de soin au plus près des besoins humains. Cette imprécision a été corrigée dans le texte publié. 

Nous pensons que le débat public a besoin de la démarche d’argumentation rationnelle sur laquelle repose la pratique scientifique. Cette large appropriation des termes du débat savant nous incombe en partie en tant que scientifiques. C’est pourquoi nous joignons au texte de la tribune la note technique « Vertige des hauts plateaux » détaillant les diverses options stratégiques en présence et justifiant notre engagement en faveur de l’une d’elles, Zéro Covid. Vous pouvez également signer l’appel international #ZéroCovid, qui propose une version paneuropéenne de cette stratégie, à la fois très stricte et accompagnée d’un ensemble de mesures sociales concourant à ne laisser personne sur le bas-côté.

Dans l’intervalle, notre communauté a pris connaissance avec effroi des propos de Mme Frédérique Vidal sur le plateau d’une chaîne de télévision puis à l’Assemblée Nationale, où la Ministre a repris des catégories médiatiques fantaisistes et diffamatoires pour lancer contre l’Université une attaque de type maccarthyste. Il y a déjà longtemps que Mme Vidal aurait dû démissionner. Dans le contexte politique actuel, ses propos ignominieux rendent son renvoi à la fois encore plus nécessaire et encore moins probable. La voir justifier cette offensive au nom d’une conception dévoyée des libertés académiques, manifestement réduites à la liberté de dire n’importe quoi en s’affranchissant de toute norme de vérité et de rationalité, confirme un diagnostic posé de longue date : la bureaucratie dirigeante de l’ESR n’a plus aucune notion de ce qui fait la science, ni de l’éthique discursive qui fonde la possibilité d’une démocratie. 

Nous reviendrons dans les semaines à venir sur la nécessité d’opposer un concept scientifiquement fondé des libertés académiques à cet usage frelaté qu’en donne le ministère. Au-delà du soutien nécessaire à toutes les personnes et à tous les programmes d’enseignement et de recherche ainsi calomniés, RogueESR renouvelle sa proposition d’œuvrer à la mise en place d’un réseau de conseil et de solidarité entre universitaires et scientifiques dont la liberté est ainsi menacée.

six + 18 =