Posted on

Éternel retour

Nous avons reçu une cinquantaine de contributions potentielles à la plateforme de ré-institution de l’Université et du système de recherche. Le travail d’organisation des idées et de fusion des propositions semblables est en cours.

Dans ce billet, nous évoquons quelques points que l’on n’ose qualifier « d’actualité » tant ils traduisent la lancinante répétition du même, année après année. Il en va ainsi des dysfonctionnements chroniques du très chronophage Parcoursup, qui donnent lieu aux éléments de langage habituels de Mme Vidal sur « le tirage au sort ». Chacun sait que cette machine à décourager les bacheliers, aux effluves de loi Devaquet [1], n’est destinée qu’à gérer sans investissement public l’afflux massif d’étudiants nés pendant le baby boom de l’an 2000. Sortir l’Université et le système de recherche français de ce long purgatoire suppose de montrer que des alternatives réalistes existent, et qu’elles sont autrement plus porteuses d’avenir que les réformes nocives des deux dernières décennies.

Crédit d’impôt recherche

Il y a des événements qui produisent des électrochocs au sein de la haute fonction publique. Ainsi, l’apparition du classement de Shanghaï avait conduit les hauts fonctionnaires ENA-IGF et X-Mines à réaliser que les établissements où ils avaient reçu leur formation étaient « invisibles » internationalement, tout comme l’était HEC et toutes les autres grandes écoles. Cette année, ils ont pris conscience que la France était le seul pays du conseil de sécurité de l’ONU ayant été incapable de produire un vaccin contre le virus SARS-CoV-2 [2]. Un nouveau rapport de France Stratégie sur le crédit d’impôt recherche (CIR) [3] vient éclairer l’échec de la recherche finalisée : cette niche fiscale de 6,8 milliards € est inefficace pour générer une activité de recherche et développement en France. Elle a même un effet de levier légèrement négatif. Du reste, la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) n’a cessé de décroitre pendant que le volume budgétaire du crédit d’impôt recherche augmentait. Alors pourquoi ce dispositif qui grève le budget de l’État est-il maintenu ? Parce qu’il n’a jamais été conçu pour aider la recherche. Il s’agit purement et simplement d’un contournement des règlements européens sur les aides directes aux entreprises. Aussi, les conclusions du rapport sont-elles identiques à celles du rapport précédent [4] : le dispositif est inopérant et ne permet pas de reconstituer un appareil industriel qui réponde aux besoins de notre société ; mais il ne peut être abandonné sans déplaire aux investisseurs.

Nous pensons au contraire qu’il est temps d’en finir avec le déficit de rationalité des politiques qui ont conduit en vingt ans au décrochage scientifique de notre société.

Rentrée et SARS-CoV-2

Cela fait un an que la transmission aéroportée de SARS-CoV-2 fait l’objet d’un consensus scientifique — c’est le seul mode de contamination dans les espaces clos recevant du public, où le port du masque obligatoire élimine les autres voies de contamination (manuportée et grosses gouttelettes). Cela fait un an que l’on connaît les techniques de réduction du risque de la contamination aéroportée, à commencer par la révision des systèmes de ventilation. Cela fait un an que l’on sait qu’un investissement modeste aurait permis de conserver l’Université ouverte. La dernière vidéo du séminaire Politique des sciences fait le point sur ce sujet.

Nous avons obtenu un court entretien avec une conseillère de l’Élysée et avec un conseiller du ministère de la Santé — le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche refuse toujours tout dialogue. Le discours tenu sur l’année universitaire prochaine est en tout point semblable à celui de l’an passé, qui promettait une année « en présentiel ». L’exécutif table sur une situation sanitaire stabilisée, en particulier grâce à la vaccination. Or, selon toute probabilité, le variant Delta dit « indien » (B.1.671.2), entre 2 et 2,5 fois plus transmissible que la souche sauvage, Wuhan-1, qui prévalait en septembre dernier sera, comme en Angleterre, majoritaire en septembre prochain. Si 50 à 60% de la population était vaccinée (deux doses plus 15 jours) à la rentrée nous serions donc… dans une situation épidémique comparable à l’an dernier.

La seule note positive de l’entretien est l’idée, étudiée par l’exécutif, de mobiliser les étudiants de médecine pour vacciner les autres étudiants. Pour le reste, nous avons été stupéfaits du déni de transmission du SARS-CoV-2 par voie d’aérosol [détail en note 5] avec la conséquence suivante : l’exécutif n’est prêt à consentir aucun investissement dans la sécurisation sanitaire vis-à-vis de la transmission aéroportée. Du reste, la Conférence des Présidents d’Université, dans ses préconisations pour la rentrée, ignore elle aussi la nécessité d’investir dans la qualité de l’air pour prévenir épidémies et maladies respiratoires. Ce travail de rénovation de la ventilation des bâtiments universitaires présente pourtant un intérêt pérenne, plus large que la résolution de la pandémie actuelle.

Référé de la Cour des comptes sur le Hcéres

La Cour des comptes a montré, dans un référé adressé au Premier ministre Jean Castex, rendu public vendredi 4 juin 2021, que le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) est une entité de contrôle bureaucratique de l’activité académique qui engloutit une quantité invraisemblable d’argent public — l’équivalent de 300 postes permanents. On regrette que la Cour des comptes n’ait pas souhaité calculer le coût consolidé de cette institution. La chronophagie de l’évaluation managériale, sa prétention à un pilotage hétéronome de la production savante, son absence d’indépendance vis-à-vis du pouvoir politique posent la question de l’utilité de cette agence dans l’écosystème de l’enseignement supérieur et de la recherche. Comme dans l’ensemble de ses rapports, la Cour des comptes préconise de pousser le curseur de la logique qui a conduit au décrochage scientifique de notre pays : concentrer les moyens sur un petit nombre de chercheurs, procéder à une notation et faire payer aux établissements leur évaluation bureaucratique.

Constatant l’effet négatif du Hcéres sur la qualité de la science française, nous pensons que l’évaluation doit être repensée sur de toutes autres bases.

Saisine des commissions du Parlement pour le contrôle des nominations au Hcéres

L’Assemblée des directions de laboratoires (ADL) a écrit, le 5 juin 2021, aux parlementaires des commissions culture et éducation de l’Assemblée nationale et du Sénat pour leur demander d’exercer leurs prérogatives de contrôle constitutionnel et d’investigation sur le Hcéres à propos de plusieurs nominations qui posent problème. À titre d’exemple, le renouvellement pour un « second » mandat du directeur du département d’évaluation de la recherche (en poste depuis 2011 à l’Aéres puis au Hcéres dans des fonctions identiques), s’est effectué dans des conditions qui semblent incompatibles avec les dispositions de la loi qui limitent à deux mandats de quatre ans la durée maximale à la tête d’un département.


[1] Projet de loi Devaquet

[2] « After vaccine failures, France laments biomedical decline », Science Magazine, 23 avril 2021.

[3] Évaluation du Crédit d’impôt recherche — Rapport CNEPI 2021.

[4] L’impact du crédit d’impôt recherche.

[5] Le consensus scientifique a été qualifié d’« opinion de théoriciens » et rejeté à partir d’un unique argument. Le « bon sens du praticien au chevet du malade » lui permet de constater le faible nombre d’infections nosocomiales dans des hôpitaux où le masque chirurgical est majoritaire, et non le masque FFP2. Le masque chirurgical n’étant pas le masque recommandé contre des virus aéroportés, il s’ensuit que la contamination par voie d’aérosol est très exagérée. Cette « démonstration » nous a été infligée immédiatement après que nous avons rappelé :

  • que la cinétique du virus conduit à une baisse exponentielle de la charge virale de sorte que les patients hospitalisés sont peu infectieux ;
  • qu’il n’y avait aucune logique à fermer des espaces publics où le masque est obligatoire si l’on ne croit pas à la transmission aéroportée puisque tous les types de masques, même mal portés arrêtent les gouttelettes balistiques émises en parlant, en toussant, en éternuant.

L’unique référence mobilisée par les conseillers a été le professeur Pittet, à l’origine de l’argument ci-dessus « Aux HUG, nous n’avons pris aucune précaution contre une éventuelle transmission par aérosol (…). S’il y avait une forte transmission par aérosol, le virus se serait promené dans l’institution, nous aurions un grand nombre de contaminations nosocomiales, notamment chez le personnel. »

« Un demi millier de personnes ont peut-être attrapé le covid à l’hôpital », Tribune de Genève.

Le professeur Pittet est président de la mission d’évaluation sur la gestion de la crise du Coronavirus en France et a attiré l’attention médiatique par son déni des preuves difficilement réfutables de la transmission aéroportée.

17 + six =