Posted on

Ce que nous préférerions

Une série de brèves, cette semaine encore — des textes plus fouillés sont en préparation.

  1. Candidatures à la présidence du CNRS
  2. Position à adopter vis-à-vis des évaluations Hcéres
  3. Variant Omicron
  4. Annonce du prochain séminaire Politique des Sciences le 16 décembre.

Après sa parution il y a une dizaine de jours, le premier tirage de l’ouvrage Lingua Novæ Universitatis est en passe d’être épuisé. Une réimpression est en cours, vous pouvez donc continuer à commander le livre à l’éditeur.

1. Soutien à la candidature d’Olivier Coutard à la présidence du CNRS

Plusieurs candidats à la présidence du CNRS ont été auditionnés, les autres ayant été éliminés sans examen de leurs dossiers, dans la plus grande opacité. Il y a trois semaines, un appel à soutenir la candidature d’Olivier Coutard à la présidence du CNRS a été lancé, qui a réuni 500 chercheuses et chercheurs

Pour apporter votre soutien à cette candidature, vous avez quelques jours pour envoyer par courriel, Prénom — Nom — Fonction — Institution, à l’adresse suivante : presidencecoutardcnrsgmail.com.

2. Une résistance à la Bartleby face au Hcéres ?

Dans notre précédent billet « Les naufrageurs », nous souhaitions courage et résistance aux collègues qui vont devoir subir dès la « vague C » les normes et procédures édictées par le nouveau référentiel d’évaluation des unités de recherche Hcéres. À la suite de ce billet, l’abondance du courrier reçu et les premières remontées de terrain montrent que ces excès caricaturaux de bureaucratie, conjugués à un abandon total de la science dans l’évaluation, ne passent pas, même auprès des collègues habituellement disposés à se soumettre aux requêtes administratives les plus laborieuses.

Le moment semble donc opportun pour convenir des moyens collectifs de résistance à la farce bureaucratique du Hcéres et pour refonder collectivement les normes qualitatives de nos métiers. Nous détourner du Hcéres pourrait se traduire par cette action très simple, inspirée de Bartleby : ignorer purement et simplement le cadre du référentiel d’évaluation de cette institution hétéronome ; « je préfèrerais ne pas » utiliser le document d’autoévaluation formaté, « je préfèrerais ne pas » remplir les cases de tableur Excel, etc. Préférer ne pas faire suivant les préceptes rédactionnels du Hcéres ne signifie pas pour autant renoncer à toute forme de bilan et de prospective scientifique pour les unités de recherche. Pour reprendre la main sur des normes qualitatives adaptées aux pratiques et aux besoins réels des laboratoires, nous proposons de collecter vos propositions d’alternatives au référentiel du Hcéres, par retour de mail, puis de les soumettre au scrutin sur notre site. Sur la base des propositions les plus largement validées, une fiche pratique des modalités de résistance sera rédigée, proposant un ensemble d’éléments cohérents qui pourront servir d’ossature au travail rédactionnel des unités. Cette démarche conforme au principe d’autonomie de la recherche permettra à la communauté académique de fixer elle-même les modalités d’appréciation de ses laboratoires, discipline par discipline, modalités qui pourront s’appliquer dès la vague C, comme alternative à l’ensemble des procédures et documents réclamés par l’agence bureaucratique de l’évaluation.

Calendrier prévisionnel :

  • Date limite de retour par mail de vos propositions: 10 décembre
  • Vote du 13 au 17 décembre
  • Publication d’une fiche pratique : rentrée de janvier

3. Omicron près

Il est trop tôt pour connaître les conséquences de l’irruption en Afrique australe, puis à Hong Kong, en Israël et en Europe, de la nouvelle souche mutante B.1.1.529 (Omicron). L’analyse des dizaines de points de mutation de la protéine Spike ne permet pas d’écarter l’émergence possible d’une lignée virale capable d’échappement immunitaire et dotée d’une forte transmissibilité, ne saurait remplacer les données épidémiologiques[1] et vaccinales à venir dans les prochaines semaines. 

Il n’est pas trop tôt, en revanche, pour pointer que ni la vague hivernale du variant Delta, ni l’alerte sur la souche mutante Omicron ne sont des surprises, du point de vue scientifique. En juin, dans une tribune du Monde, nous expliquions (en vain) aux conseillers de l’Élysée et du ministère des Solidarités et de la Santé :

« Néanmoins nous pouvons d’ores et déjà anticiper que la vaccination ne suffira pas : le variant Delta — aujourd’hui une centaine de nouveaux cas par jour — est 2,5 fois plus transmissible que la souche sauvage. Avec une couverture vaccinale de 60 %, nous serions à la rentrée 2021 globalement dans la même situation vis-à-vis des risques d’une nouvelle flambée épidémique qu’à la rentrée 2020. Par ailleurs, nous devons nous préparer à la possibilité d’un variant disposant d’un échappement immunitaire important, tant qu’il existera un réservoir épidémique humain sur la planète. Il faudrait alors de longs mois pour mettre à jour les vaccins ARNm et reprendre la campagne vaccinale en commençant par les plus fragiles. Si cela devait advenir, ou que surgisse une toute autre épidémie, il serait indispensable de garder l’Université ouverte. Notre société doit consentir dès maintenant aux investissements permettant de réduire le risque de transmission épidémique. »

La vague du variant Delta comme l’irruption d’Omicron sont la conséquence des choix politiques des pays les plus riches : n’avoir pas suivi la stratégie Zéro Covid, n’avoir pas consenti aux investissements nécessaires à constituer un arsenal sanitaire large, n’avoir pas passé la production de vaccins dans le domaine public…

Dans le temps même où l’Institut Pasteur met à jour son étude sur les lieux de contamination révélant que « chez les plus de 40 ans, la présence d’enfants dans l’entourage a été associée à un sur-risque d’infection qui va de +30 % pour les collégiens à +90 % pour les très jeunes enfants (moins de trois ans) », le ministre de l’Éducation nationale annonce en finir avec les fermetures de classes au premier cas et remplace ce dispositif — qui rendait visible la progression des contaminations des moins de 10 ans — par un double test déjà expérimenté depuis début octobre dans dix départements (avec des résultats « variables » comme l’euphémise le ministre lui-même dans sa conférence de presse).

Une certitude à ce jour : les particules virales de la souche mutante Omicron doivent encore voyager dans les airs pour contaminer. Nous savons donc que les masques FFP2 ou FFP3 et la ventilation, pour lesquels aucun investissement ni aucune campagne d’information n’ont été consentis, seront précieux.

4. Séminaire Politique des sciences 

À qui appartient le ciel ? L’astronomie en prise avec l’accaparement mercantile des orbites basses

Le 16 décembre 2021 à 16h-20h, amphi Lavoisier A, Centre universitaire des Saint-Pères, 45 rue des Saints-Pères, Paris 6ème. Diffusion en direct sur la chaîne du séminaire Politique des sciences.

Des flottes composées de milliers mini-satellites en orbite basse terrestre (~300-500 km d’altitude) sont en cours de déploiement ou le seront bientôt. Ces services commerciaux promettent de connecter à Internet le monde entier. En guise de tête de gondole, le projet Starlink, filiale de l’entreprise SpaceX d’Elon Musk, illustre les méthodes et les objectifs mercantiles de ce segment de l’industrie spatiale relié au capitalisme numérique. Sa mise en place s’est réalisée à une cadence soutenue depuis 2018, et les caractéristiques techniques sont vertigineuses : entre autres, le service pourrait compter 12 000 satellites en fin de déploiement opérationnel vers 2025. Cet accaparement du ciel, s’il a emporté l’adhésion des premières dizaines de milliers d’abonnés anxieux de booster leur bande passante et des adeptes de la technolâtrie californienne, a néanmoins provoqué une pollution sans précédent du fait des sillons lumineux que laissent ces mini-satellites sur leurs passages. Ainsi, c’est la contemplation et l’observation du ciel qui seraient menacées par ces déploiements en marche forcée. En réaction, les communautés professionnelles et les amateurs d’astronomie se sont mobilisées pour alerter sur les impacts potentiellement désastreux de ces « méga-constellations » sur la pratique de l’astronomie — et au-delà, des usages de l’orbite basse, de plus en plus gênés par la prolifération des missions commerciales. 

Cette séance propose de faire le point sur ce problème rapidement devenu public. Cette séance alternera entre les diagnostics techniques sur le coût environnemental de ces infrastructures, les discussions autour des différents enjeux (technologiques, réglementaires, économiques, politiques, culturels, etc.) de leur développement, mais aussi les retours réflexifs sur les modes de mobilisation des professionnels et amateurs d’astronomie. Elle ouvrira aussi la réflexion sur les évolutions de notre rapport à l’environnement et au cosmos, et sur l’importance de défendre le ciel comme bien commun.

  • Faustine Cantalloube (CNRS) — « Les nouvelles pollutions du ciel » 
  • Roland Lehoucq (CEA) — « Dommages collatéraux des constellations de satellites »
  • Éric Lagadec (Observatoire de Nice, Président de la SF2A) — « Une mobilisation scientifique internationale inédite
  • Fabrice Mottez (Observatoire de Paris, Rédacteur en chef de l’Astronomie) — Titre à venir

[1] L’Afrique du Sud est à l’approche de l’été et dispose d’une couverture vaccinale autour de 25 %. Le temps de doublement épidémique du variant Omicron, constaté sur la dernière semaine, est autour de 4 jours. Les biais d’échantillonnage et les incertitudes sur la réduction de transmission par la vaccination ne permettent pas de déterminer le taux de reproduction épidémique et l’échappement immunitaire à ce stade.

dix-neuf + douze =