Posted on

CNRS : opérateur de recherche, agence de moyens, agence de programmes, de quoi parle-t-on ?

Le résultat le plus visible de la phase de « pédagogie » du gouvernement sur la (contre)-réforme des retraites est le renforcement de son rejet par une écrasante majorité des citoyens, et en particulier des actifs. Le mardi 31 janvier doit marquer l’entrée dans la grève reconductible. Nous vous appelons à contribuer aux caisses de grève, celles de nos établissements mais aussi celles des secteurs les plus cruciaux pour la sphère productive : nous avons toutes et tous un intérêt immédiat aux grèves de ces secteurs stratégiques. Les atteintes récentes aux franchises universitaires témoignent d’une fébrilité de l’exécutif et de ses séides, qui sont peu à peu gagnés par la peur d’une jonction entre les salariés et les étudiants. C’est donc à cette jonction qu’il nous faut travailler. Rappelons que la franchise académique, reconnue à l’article L. 712-2 du Code de l’éducation et récemment rappelée par le Conseil Constitutionnel, a survécu un millénaire y compris sous l’Inquisition, et que nous ne saurions rester bras ballants en la voyant piétinée par l’envoi de la maréchaussée contre des réunions étudiantes sur la réforme des retraites.

La divulgation de la lettre de mission de M. Gillet, en charge de préfigurer la transformation du CNRS en « agence de programmes » a conduit à des réactions cette semaine. Ces réactions nous ont permis d’affiner notre analyse. Les ajouts figurent en bleu dans le billet :

https://rogueesr.fr/20230117/#fin

Nous commençons par une mise au point sur les termes du débat, à propos desquels semble régner une confusion dont il n’est finalement pas si important de savoir si elle reflète la duplicité de certains protagonistes, ou simplement leur incompétence intellectuelle.

Opérateur de recherche. Agence de moyens. Agence de programmes. De quoi parle-t-on ?

Un opérateur de recherche emploie des chercheurs et chercheuses, gère des laboratoires et leur alloue des moyens pour produire, critiquer et conserver les savoirs. C’est une institution qui organise une communauté de savants, animée par son mouvement propre de questionnement endogène, qui crée le savoir comme un commun de la connaissance, qu’aucun intérêt particulier ou privé ne peut s’approprier. Les disciplines s’y articulent comme autant de manières d’aborder la compréhension du monde. Cette recherche désintéressée de vérités irréductibles à toute dimension utilitaire suppose l’autonomie des chercheurs vis-à-vis des pouvoirs politiques, économiques et religieux. L’autonomie suppose, en sus de la liberté de recherche; une liberté d’organisation fondée sur la collégialité — donc une absence de bureaucratie. En retour le monde scientifique s’engage à dire le vrai sur le monde en toute indépendance mais aussi à être un moteur de réflexivité et un réservoir de solutions latentes pour les problèmes que la société doit affronter. Le principe d’autonomie se redouble d’un principe de responsabilité devant la société.

Une agence de moyens finance des projets scientifiques conformes à des normes hétéronomes, édictées de manière diffuse. Ce n’est plus une institution de scientifiques, mais un nexus de relations contractuelles plaçant des scientifiques précaires sous la responsabilité de managers de la science, les PI (Principal Investigator), porteurs de projets en quête d’investissement et soumis au pouvoir de sélection des investisseurs. Les agences de moyens produisent un contrôle incitatif des chercheurs : la mise en concurrence joue un rôle disciplinaire d’autant plus efficace qu’il est furtif et parcimonieux en moyens. Les porteurs de projet sont ainsi dépossédés de leur professionnalité et de leur métier par un dispositif qui vise à les persuader de leur possible incompétence. Ils sont placés sur le fil du rasoir, dans un état de précarisation subjective fondé sur une double injonction paradoxale à la créativité, à l’innovation voire à la « disruption », et en même temps à la conformité à une bureaucratie normative, faite de « délivrables », de « jalons », de « valeur ajoutée », d’« impact sociétal », d’« échéanciers », de quantification de la fraction de chercheur impliqué à exprimer en « homme.mois », de « coût consolidé », de construction d’ « indicateurs de performance » et de « programmation d’objectifs ». Par ses normes et ses procédures, une agence de moyens peut ainsi promouvoir start-ups et partenariats public-privé.

Une agence de programmes organise des programmes de recherche définis par le politique. La sphère dirigeante de l’État définit ainsi des « défis sociétaux », supposés répondre aux aspirations de la société, mais qui visent surtout à apporter l’aide de l’État à la sphère économique. Ainsi, les Programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR), qui font l’objet d’une mise en concurrence entre organismes et établissements universitaires pour en assurer le pilotage ou les proposer à un « jury international ». Le sujet de l’agence de programme n’est plus le chercheur ou la chercheuse, ni le PI ou le manager de la science, mais le « pilote de programme » dont la qualité première est de n’avoir aucun contact avec la recherche, la science ou la pensée. L’agence de programmes réalise ainsi l’idéal de la techno-bureaucratie : une institution de recherche débarrassée des scientifiques.

Si l’idée d’une agence de programme de recherche sous le contrôle de la bureaucratie d’État évoque immanquablement les riches heures du lyssenkisme, il faut apporter cette nuance : il s’agit d’un État au service et sous le contrôle du marché. Ainsi, le plan France Relance se propose de « relancer l’économie » en la rendant « compétitive ». Le plan France 2030 entend « investir massivement dans les technologies innovantes » pour « permettre de rattraper le retard industriel français ». Comme le Crédit Impôt Recherche, il s’agit avant tout d’aides indirectes aux (actionnaires des) entreprises, en contournant des règles de concurrence européenne. De manière symptomatique, ce plan est piloté par le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI), sous l’autorité du Premier ministre. Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ayant perdu son I (pour innovation) aura-t-il la tutelle des agences de programme ?

En savoir plus sur RogueESR

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading