Candidatures à la présidence du CNRS

Comme annoncé la semaine dernière, vous trouverez ci-dessous les éléments d’un kit de candidature à la présidence du CNRS.

Si vous faites acte de candidature, nous vous demandons de compléter les deux passages personnalisés du courrier d’accompagnement. Nous vous conseillons également d’ajouter une brève phrase de votre facture en bas de la déclaration d’intention et de signer celle-ci à la main afin de garantir le caractère personnel de votre candidature et d’éviter une disqualification a priori. Si vous le souhaitez, vous pouvez nous faire part de votre candidature en envoyant un courriel vide à : rogueesrgmail.com avec vos nom et prénom dans le sujet.

Ce kit est à envoyer avant le premier octobre à la direction générale de la recherche et de l’innovation à la fois par courrier postal, en deux exemplaires, et par courriel accompagné d’un CV et de tout justificatif de statut professionnel ou de production scientifique dans le cadre de votre métier.

Envoi par courriel : directrice.generalerecherche.gouv.fr

Envoi par courrier postal (en deux exemplaires) : 

Madame Claire Giry
Directrice Générale de la Recherche et de l’Innovation
Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
1 rue Descartes 
75231 Paris Cedex 5

Courrier à la DGRI

Télécharger un modèle au format .rtf

[en-tête: prénom, nom, identifiant professionnel le cas échéant (Numen pour les universitaires)]
 

Madame Claire Giry
Directrice Générale de la Recherche et de l’Innovation
Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
1 rue Descartes
75231 Paris Cedex 5
 

Objet : Candidature à la présidence du CNRS / NOR : ESRR2119195V
 

Madame la directrice générale,

Le JORF n°0203 du 1er septembre 2021 a annoncé la vacance de la présidence du CNRS au 22 janvier 2022. J’ai l’honneur de déposer ma candidature, motivée par la promotion des principes de collégialité, de qualité et d’indépendance de la recherche. Vous trouverez avec ce courrier, en deux exemplaires :

  • Ma déclaration d’intention, élaborée collégialement et à laquelle je déclare personnellement souscrire
  • Mon curriculum vitæ détaillé
  • [tout justificatif de lien professionnel avec le monde de la recherche ; une simple déclaration sur l’honneur de votre statut, accompagnée de votre Numen ou de votre matricule, suffit, voire votre dernier article paru]

Je me tiens à la disposition de vos services pour la suite de la procédure.

En vous priant de bien vouloir agréer l’assurance de toute ma considération

XXX

Déclaration d’intention

Télécharger un modèle au format .rtf

Le Journal Officiel du 1er septembre courant a publié la vacance de la présidence du CNRS au 22 janvier 2022. Considérant que le CNRS, après plusieurs années de déclin, a besoin d’un sursaut collectif, j’ai l’honneur de vous faire part de ma candidature destinée à porter cette ambition. Mon engagement individuel répond à une exigence : faire prévaloir les conditions concrètes d’une science de qualité, fondée sur le temps long, l’indépendance statutaire et la collégialité. Ce programme général peut être décliné en trois points, relatifs aux missions du CNRS, à sa politique de recrutements et aux pratiques quotidiennes dans les laboratoires :

Missions du CNRS

  • La liberté de recherche et son inscription dans la durée ne sont pas négociables. Dans leur travail quotidien, toutes les instances du CNRS devront valoriser les travaux ambitieux plutôt que la productivité à court terme. Le suivi qualitatif et la reconnaissance de ce travail incombe directement aux pairs. C’est pourquoi j’invoquerai l’article L114-3-1 du Code de la Recherche et notifierai au Haut-Commissariat à l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (Hcéres) ma volonté de confier cette tâche au Comité National de la Recherche Scientifique (CoNRS), accompagné le cas échéant du Conseil National des Universités (CNU).
  • Le CNRS a une responsabilité d’animation de la recherche scientifique sur tout le territoire, en liaison avec les universités. La politique de pilotage inégalitaire consistant à utiliser le Centre comme un simple pourvoyeur de ressources stratégiques additionnelles au service d’une poignée d’universités d’excellence menace la raison d’être du CNRS en tant qu’établissement et constitue un non-sens géographique. L’allocation des moyens et les partenariats universitaires incluront la prise en compte d’un maillage scientifique, afin de garantir une forme de continuité territoriale dans la représentation des thématiques et des disciplines de recherche.
  • L’intégrité scientifique et la liberté académique ont un contenu positif en termes de responsabilité démocratique, environnementale et sociale. Le CNRS incarne une recherche au service de l’intérêt général et des principes organisateurs d’une démocratie. Les collaborations institutionnelles du CNRS seront donc réexaminées à l’aune de cette mission. Par exemple, le CNRS dénoncera immédiatement son nouveau « partenariat » avec l’Institut Sapiens. Cette organisation, en assimilant abusivement l’investigation rationnelle à la recherche du profit, en s’engageant systématiquement pour la destruction des services publics d’intérêt général, en cultivant un rapport a-critique et anti-déontologique à la science et à la technique et en promouvant un « transhumanisme » à forts relents eugénistes, bafoue les principes mêmes qui doivent régir l’action du CNRS et que je souhaite réaffirmer par ma candidature.

Recrutements

  • L’emploi pérenne est la condition de l’indépendance et de l’originalité, ainsi que de la conservation du savoir-faire professionnel. Sous ma présidence, le CNRS s’engagera en faveur d’une augmentation des recrutements pérennes dans les corps de recherche et de soutien (techniciens et ingénieurs).
  • La présidence du CNRS a aussi pour rôle de défendre et de représenter les agentes et agents de la recherche scientifique auprès de Bercy et du MESRI. Aujourd’hui, c’est trop souvent le contraire qui est le cas. Pour ma part, j’entends revenir à ce principe de représentation de la communauté scientifique auprès des instances ministérielles.
  • Les recrutements s’effectuent sur la base de la production savante et des idées. Je diminuerai donc le recours au fléchage des postes dans les campagnes d’emploi.
  • Les classements réalisés par les comités composés de pairs élus font loi. Ces dernières années, la communauté scientifique s’est émue à plusieurs reprises de leur retournement par la bureaucratie dirigeante et leur transformation en une simple liste de noms où les instances de « pilotage » viendraient piocher. Pour ma part, je m’engage à respecter ces classements et à rappeler leur intangibilité aux jurys d’admission. La composition de ceux-ci sera systématiquement soumise à l’approbation du CoNRS, à qui j’accorderai également un droit de contrôle sur les nominations à la tête des instituts du CNRS.

Vie des laboratoires et intégrité

  • Ces premières exigences sont liées à une conception intransigeante de nos métiers, fondée sur le modèle de chercheurs et chercheuses qui cherchent, au lieu de promouvoir la figure du Principal Investigator qui manage des « petites mains » en étant rarement à la paillasse ou sur le terrain. Sous ma présidence, le CNRS réaffirmera les principes de collégialité des pratiques scientifiques et d’égalité dans les relations entre pairs.
  • Le Haut Conseil à l’Égalité (HCE) a relevé une « défaillance » du gouvernement en matière de prévention des inégalités entre femmes et hommes dans le milieu de la recherche à l’occasion du débat sur la Loi de programmation pour la recherche (LPR). En lien avec le CoNRS et avec la Conférence des Présidents du Comité National (CPCN), je me rapprocherai du HCE pour élaborer des réponses institutionnelles satisfaisantes à cette situation. Pour ce faire, j’entends m’appuyer sur l’expérience accumulée par la Conférence Permanente des chargé·es de mission égalité et diversité des établissements d’enseignement supérieur (CPED).
  • Si elle se cantonne à un registre punitif, la défense de l’intégrité scientifique sera toujours suspecte d’iniquité. L’augmentation des cas avérés de mauvaises pratiques laisse penser que les évolutions récentes les favorisent. Leur traitement cavalier ces dernières années suggère fortement que la direction actuelle du CNRS n’entend pas s’attaquer à leurs causes structurelles. En ce qui me concerne, c’est en amont que j’entends traiter cette question de l’intégrité scientifique, en promouvant une vigilance collective systématique qui ne peut s’exercer que sous la forme de l’analyse contradictoire et indépendante des publications par les pairs et la prééminence du travail collectif sur la notoriété individuelle.

Comment ( 1 )

  1. Wazner
    L'institut Sapiens promeut une religion ce qui est contraire aux lois de 1905 sur la laïcité

11 − six =