Décryptage du projet de loi de finance 2022 et de la situation des universitaires afghans

Présidence du CNRS : nous sommes candidat

Pour participer à la candidature collégiale à la présidence du CNRS, votre dossier doit être parvenu au ministère avant ce vendredi 1er octobre — on peut supposer que la date d’envoi du mail et le cachet de la poste feront foi. Il ne reste donc que trois jours…

Projet de loi de finance 2022

Nous avons lu le projet de loi de finance 2022 (PLF 2022), en attendant les « jaunes budgétaires », ces annexes détaillant la ventilation du budget, poste par poste, à paraître en octobre.

Comme chaque année, le stupéfiant dossier de presse du ministère présente des données chiffrées qui ne correspondent à aucune réalité budgétaire inscrite dans le projet de loi de finance lui-même.

Ainsi, il est annoncé cette année, en gros caractère, une hausse des effectifs de 650 postes (équivalents temps plein, ETPT). D’une part, le relèvement des plafonds d’emploi ne correspond pas à une hausse des effectifs lorsque le budget des établissements « autonomes » ne suit pas. D’autre part, le PLF 2022 indique que le plafond d’emplois (environ 260 000) baisse de 3 373 ETPT. Le plafond d’emploi du seul Hcéres est lui en augmentation de 128 ETPT.

L’essentiel tient dans la trajectoire de stabilité budgétaire, qui prévoit une baisse abyssale des dépenses publiques en ciblant l’investissement public, l’emploi statutaire (fonctionnaires) et la protection sociale. La mécanique générale de transfert des richesses vers la sphère privée, compensée par une diminution des dépenses liées aux systèmes de solidarité, est identique à celle de la crise bancaire de 2007-2008. Cependant, la cure d’austérité prévue dans le PLF pour les années à venir est d’une ampleur jusqu’ici inconnue en France.

Le budget de l’Université, comme prévu par la loi de programmation de la recherche (LPR), est stagnant : les 1,8% d’inflation sont très exactement compensés, ce qui fait passer le programme 150 de 13,91 Md€ à 14,16 Md€. À nouveau, l’augmentation du nombre d’étudiants à l’Université (34 000 étudiants en plus en 2021 par rapport à 2020 ; 59 600 étudiants en plus en 2020 par rapport à 2019) n’est nullement prise en compte : aucune nouvelle université n’a à ce jour été programmée et les recrutements d’universitaires sont en berne. Le Monde a publié un bilan chiffré qui corrobore nos données. Le bilan décennal (2011-2021) est limpide : le nombre de bacheliers faisant des études supérieures a crû de 42%, les effectifs étudiants dans le secteur public ont crû de 25% et les recrutements d’universitaires ont décru de 46%. L’investissement public par étudiant est en baisse pour la sixième année consécutive (-7,9% par rapport à 2009).

Les budgets de la recherche, hors université (programmes 172 et 193), suivent eux aussi la trajectoire prévue par la loi de programmation de la recherche (LPR). L’enveloppe globale croît, mais la part consacrée à la mission de service public devrait stagner elle aussi, c’est-à-dire avoir une croissance qui compense exactement l’inflation. Les transferts budgétaires (vers l’ANR et le CNRS notamment) à l’intérieur de cette enveloppe globale se font au détriment de l’emploi statutaire et vont donc creuser la précarisation de nos métiers. Enfin, aucune rupture vis-à-vis de la politique désastreuse menée depuis trois quinquennats en matière de recherche appliquée et d’innovation — on pense en particulier au crédit d’impôt recherche, dont l’effet de levier est nul voire légèrement négatif — n’est envisagée, malgré le choc qu’a occasionné l’incapacité de notre pays à se doter d’un vaccin contre SARS-CoV-2.

Toutes les données sont à retrouver sur le site de la CPESR.

Postes ouverts au concours de Maître de conférences selon les quatre grands domaines disciplinaires Sciences et Technologies (ST), Pharmacie (Pharma), Lettres Langues Arts, Sciences Humains et Sociales (LLASHS) et Droit, Economie, Gestion (DEG) : Le nombre de postes de MCF ouverts au concours est passé de 2417 en 2002 à 1070 en 2019, soit une baisse de 56% sur la période.

Évolution des effectifs étudiants et enseignants, et du taux d’encadrement (nombre d’enseignants pour 100 étudiants) : Entre 2009 et 2018, les effectifs étudiants ont crû de 16% pendant que les effectifs enseignants stagnaient à la baisse de 1%. En conséquence, le taux d’encadrement a chuté de 15%.

Évolutions des effectifs enseignants-chercheurs nécessaires pour maintenir le taux d’encadrement de 2009, et réelle : À partir de 2011, l’évolution des effectifs enseignants-chercheurs décroche de l’évolution des effectifs étudiants. Le retard pris dans le recrutement est tel qu’il aurait fallu en 2018 recruter près de 10 000 enseignants-chercheurs simplement pour retrouver le taux d’encadrement, et donc les conditions d’études, de 2009. Depuis, la situation s’est lourdement aggravée.

De la situation des universitaires en Afghanistan

En Afghanistan, la liberté académique est désormais dans une situation dramatique. Selon l’organisation Scholars at risk, il était impératif d’évacuer plus de 700 universitaires afghans et seule une minorité l’ont effectivement été depuis août. Cet exode universitaire est comparable à celui en provenance des universités allemandes dans les années 1930, lorsque 500 à 1000 enseignants et chercheurs allemands ont trouvé asile dans la communauté académique mondiale.

Nos collègues afghans sont menacés en raison de leur activité académique : les Taliban, un mouvement issu des madrasas, ont régulièrement accusé les universités d’être un lieu de mœurs dissolues et de propagation des idées occidentales. Durant les deux dernières décennies de guerre, la poursuite d’une recherche académique et l’enseignement dans une institution universitaire sont donc devenus en soi une forme d’engagement contre l’insurrection. Et les universités ont été des cibles récurrentes, à l’exemple de l’attaque de 2016 contre l’Université américaine de Kaboul qui avait fait 13 morts et 53 blessés.

Depuis l’arrivée des Taliban au pouvoir, des centaines d’universitaires se terrent, de peur des représailles, à l’exemple de ce professeur de l’université d’Hérat qui a découvert qu’un de ses étudiants était associé aux Taliban. La reprise en main actuelle de l’université de Kaboul l’illustre, la plupart des universitaires afghans n’auront jamais de place dans le nouveau régime et nombre d’entre eux risquent leur vie s’ils restent dans le pays. Leur avenir est ici, en France, en Occident, dans les pays qui ont une responsabilité patente dans la situation actuelle de l’Afghanistan.

Or, lors de l’évacuation, improvisée de manière catastrophique, les universitaires afghans ont largement été oubliés. Ils et elles ne disposaient généralement pas des réseaux permettant d’obtenir une place sur les listes d’évacuation réalisées par le ministère des Affaires étrangères et ont donc été abandonnés à leur sort. De nombreuses universités françaises se sont pourtant proposées pour accueillir des universitaires afghans et, avec l’aide du programme Pause, de leur offrir un asile. Des collègues en France tentent d’aider individuellement des universitaires afghans, des efforts qui ont parfois été couronnés de succès, mais bien trop rarement.

Obtenir un visa dans une ambassade française à Islamabad, Tachkent, Dushanbe ou Téhéran relève de la gageure. Il faut ici que les déclarations de l’exécutif, à l’exemple de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, qui avait appelé à « mobiliser tous les leviers » pour aider les étudiants et chercheurs afghans, passent des paroles aux actes: les difficultés à obtenir visa et titre de séjour doivent cesser d’entraver l’expression de la solidarité des universités françaises avec nos collègues en Afghanistan.

Nous devons agir vite, dès la semaine prochaine, et vous proposerons dans notre prochain courrier des modalités concrètes de pression de la communauté académique sur le quai d’Orsay.

sept + seize =