Posted on

Quand le budget de l’ESR baisse d’un milliard d’euros

Au programme de ce billet de rentrée, une brève budgétaire, l’annonce du prochain séminaire de Politique des sciences consacré à l’irrationalité, les liens vers les vidéos du séminaire intitulé « À qui appartient le ciel ? L’astronomie en prise avec l’accaparement mercantile des orbites basses » et une analyse intitulée « Le problème des causeries en zone grise ».

Nous vous souhaitons une année 2022 pleine de joies, de pensées exigeantes, de solidarités effectives et de liberté. Plusieurs chantiers importants vont nous occuper dans les mois qui viennent. Nous devons finir de chiffrer la plate-forme programmatique pour l’enseignement supérieur et la recherche élaborée l’an dernier et la promouvoir auprès des candidates et des candidats à la présidentielle. Les menaces devenant de plus en plus pressantes et tangibles, nous devons nous atteler à créer l’association et le fond de dotation pour la liberté académique avant l’élection présidentielle. L’élaboration des statuts puis la vie associative se feront de manière autonome de notre collectif, qui se contentera de lancer la liste de courrier électronique permettant de faire connaissance et de travailler au fonctionnement concret de ces nouvelles institutions. Dernier appel pour vous y inscrire :

https://rogueesr.fr/20211004-2/#association

Brèves

104 millions € de crédits budgétaires annulés

Lire les documents budgétaires vaut mieux qu’écouter mille discours. 104 millions € de budget pour l’Université et la recherche (programmes 150, 172 et 190), pourtant votés par la représentation nationale ont été annulés.

104 millions €, c’est le montant exact de la hausse de budget voté entre 2020 et 2021, une fois pris en compte le bonneteau budgétaire sur les programmes spatiaux.

L’inflation est par ailleurs estimée désormais à 3,4 % en 2021. La baisse du budget consacré à l’Université et à la recherche en 2021 est donc de -1 milliard €. Voilà qui contraste avec le tweet de Noël de la ministre, Mme Vidal : « Il y a tout juste un an, la promulgation de la #LoiRecherche marquait une avancée historique pour la recherche française. »

Source : AEF info, 15 octobre 2021

Séminaire de Politique des sciences : « Irrationalité »

Le 24 janvier 2022, de 16h à 20h, Université de Lutèce, Amphithéâtre Lavoisier, Campus Saint-Germain-des-Prés, 45 rue des Saints-Pères, Paris 6ème.

Le séminaire sera retransmis sur la chaîne de Politique des sciences à cette adresse : https://youtu.be/sSk0Bw6sN74

Irrationalité

L’irrationnel nous menace de tous côtés, si l’on en croit les analystes de l’air du temps. Et Covid aidant, depuis deux ans (et comme dans la chanson) ils sont venus, ils sont tous là : complotistes, antivax, wokistes, fanatiques, sectaires, postmodernes, radicaux plus ou moins libres, divers et variés, déconstructionnistes… En haut lieu, on sonne le tocsin : après ses ministres, le président lui-même nous alertait tout récemment des dangers à venir… Parmi ceux qu’on nomme les intellectuels, certains font profession de disséquer l’irrationalité en brandissant des catalogues de biais cognitifs ; d’autres se donnent pour les chantres de Lumières que les irrationnels de toutes obédiences veulent éteindre. Venus d’Amérique, la dénonciation de l’irrationnel et l’éloge des Lumières ont trouvé ici leurs épigones ; jacobinisme aidant, il s’agit même d’instituer chez nous des commissions pour ramener les braves gens à la raison…

La polémique est d’autant plus chaotique et cacophonique que les termes sont flous. Pourtant, la réflexion savante sur la raison n’est pas neuve, elle occupe la pensée depuis quelques siècles ; sans exagérer, on pourrait même dire que la raison n’a cessé de s’émouvoir de ses ombres ou ses envers — ignorance, erreur, déraison, foi, superstition, folie, fanatisme, etc. — depuis cette crise des irrationnels dont le nom des protagonistes se perd dans la nuit des temps. De cette longue histoire dans laquelle nous nous inscrivons tous ceux qui aujourd’hui occupent le devant de la scène et s’auto-dénomment ‘rationalistes’ n’ont cure. « Raison », « Lumières » sont devenus leur label, « irrationalité » leur ennemi commun, et tout devient simple.

Les labels et les ennemis nous fatiguent. Le séminaire Politique des sciences invite donc à discuter des sociologues et des philosophes dont l’exercice académique aborde directement la question de l’irrationalité. Qu’entendre par ce mot ? Y a-t-il des formes psychologiques et sociales de la séduction irrationnelle ? Qui est irrationnel et comment le devient-on ? Les sciences cognitives nous enseignent-elles vraiment que l’irrationalité est notre nature ?  L’irrationalité est-elle seulement en affaire cognitive, ou bien une question éthique ou politique ?

Introduction

Philippe Huneman, Philosophe, IHPST (CNRS)

L’irrationalité, entre psychopathologie et idéologie

Sarah Troubé, Psychologue clinicienne, Maître de conférences en psychologie clinique et psychopathologie, Université Côté d’Azur, LIRCES. 

La crédulité en doute

Marion Vorms, Philosophe, Université Paris I Panthéon Sorbonne.

Complotisme et scientisme —  Les idées conservatrices incidentes de la profession et de l’idéal technoscientifique

Pierre France, Sociologue, Université Paris I Panthéon Sorbonne & Orient Institut, Beirut.

Vidéos du séminaire Politique des sciences du 16 décembre 2021 

Les enregistrements du dernier séminaire Politique des sciences du 16 décembre 2021 intitulé « À qui appartient le ciel ? L’astronomie en prise avec l’accaparement mercantile des orbites basses » sont disponibles sur la chaîne du séminaire :

Arnaud Saint-Martin et Olivier Berné — Introduction : Elon Musk, man of the year

Faustine Cantalloube (CNRS) — « Les nouvelles pollutions du ciel »

Roland Lehoucq (CEA) — « Dommages collatéraux des constellations de satellites »

Éric Lagadec (Observatoire de la Côte d’Azur, Président de la SF2A) — « Une mobilisation scientifique internationale inédite »

Fabrice Mottez (Observatoire de Paris, rédacteur en chef de l’Astronomie) — « Les astronomes amateurs face à la pollution lumineuse du ciel »

Le problème des causeries en zone grise

« Je crois pourtant être hospitalier. Les Grecs anciens disaient que, quand on frappe à votre porte, c’est peut-être un dieu qui vient voir si vous êtes toujours disponible. C’est pourquoi ma porte et ma table sont toujours ouvertes. Je suis prêt à expérimenter tous les plats qu’on voudra, même les plus étrangers à mon goût et à mon régime. Mais on ne discute pas recettes de cuisine avec des anthropophages. Je ne souhaite ni partager leur repas ni les inviter à ma table. Le débat, l’échange des idées comme celui de la nourriture obéissent à des règles. »

Jean-Pierre Vernant, Le Monde, 8 juin 1993

L’obsession des bureaucraties des établissements de recherche et d’enseignement supérieur pour la « communication » et la valorisation de « marque » a conduit à la multiplication d’événements « gris » qui n’appartiennent pas au registre académique, ne se plient pas à aux normes de probation et à l’éthique savantes, des événements où interviennent bien souvent polémistes et bateleurs de plateaux de télévision. Nous détaillons dans cette note analytique quelques exemples symptomatiques des dérives auxquelles cela conduit.

Vous trouverez la suite du texte ici.

Comment ( 1 )

  1. Olivier Ridoux
    À propos de la brève sur les 104 millions d'euros disparus. Je vous en prie ne publiez-pas de courbe à échelle tronquée ; cela change complètement les proportions des écarts qui sont montrés. Il existe toute une littérature sur comment ne pas présenter des statistiques, depuis How to lie with statistics, de Darrel Duff (1ère publication en 1954 !) jusqu'à How Charts Lie, de Alberto Cairo (2019). Alors, ne vous rendez-pas coupables de ces péchés bien connus. Je ne voudrais pas mettre Rogue ESR dans la même boîte que ceux qui ont trop l'habitude de mentir avec les statistiques. Bien cordialement, Olivier Ridoux

huit − 7 =