Posted on

The Big One — mercredi 15 mars

La séquence que nous vivons dépasse la simple question des retraites : nous traversons un moment de rupture avec la démocratie libérale, annonciateur, si la logique de la force devait prévaloir, de l’avènement au pouvoir de l’extrême-droite.

Si nous ne devions participer qu’à une seule manifestation, mobilisons-nous lors de la journée de grève du mercredi 15 mars, pour montrer que cette fois, ça ne passe pas et que ça ne passera pas.

Rien n’est perdu. Nous pouvons faire basculer le rapport de force pour ouvrir de nouvelles voies aux forces d’avenir et de progrès social. Par le passé, de nombreuses lois ont été abandonnées, aussi bien avant qu’après leur adoption par le parlement, face à leur impopularité signifiée par un mouvement puissant. La fin des régimes spéciaux de retraites en 1995, la loi sur le CPE, promulguée dans le vide, en 2006, ou les « projets de lois pour un renouveau de la vie démocratique », abandonnés après l’affaire Benalla, en sont des exemples restés dans toutes les mémoires. Entre 1977 et aujourd’hui, neuf lois ont été censurées complètement par le Conseil constitutionnel, deux ont été rejetées, cinq sont devenues caduques car non terminés en cours de mandat ; on ne compte plus les lois non promulguées, jamais entrée en application comme celles demeurées coincées « en première lecture ».

Le texte de loi prévoit désormais en son article 1 bis que le Gouvernement remette au Parlement d’ici un an un rapport détaillant les conditions et le calendrier de la loi suivante sur les retraites. Dans le projet de loi voté par l’Assemblée nationale, ce rapport préparerait l’alignement du régime de retraites de la fonction publique sur celui du privé, comme l’explicitait le fameux article 18 du précédent projet de loi, destiné à creuser un déficit dans les caisses de retraites et à baisser le niveau de pension (calculé sur les 6 derniers mois vs sur les 25 meilleurs années). Nous avons longuement analysé cette mesure désastreuse dans nos précédents billets :

https://rogueesr.fr/20220329/

https://rogueesr.fr/20221017/

https://rogueesr.fr/20230306/

Dans la version du Sénat, il s’agit d’instaurer et de rendre obligatoire un régime obligatoire d’assurance vieillesse par capitalisation.

La stratégie de l’exécutif s’appelle une martingale : si nous ne l’emportons pas en faisant monter le mouvement de grève reconductible en puissance, deux nouvelles contre-réformes sur les retraites seront soumises au Parlement dans la foulée. Notre propre stratégie est simple : refuser le distanciel, conserver les universités ouvertes et multiplier les prises de parole pendant les cours et les travaux dirigés pour expliquer clairement les tenants et aboutissants de ce train de lois.

« Pour éviter la colère d’Achille, il faut la ruse d’Ulysse. Et que donc, face à cette colère potentielle qui va se déclencher, il faut être rusé. On ne sait jamais laquelle des gouttes est la dernière. Ça, on ne sait pas. […]

« En 2017, on fait les ordonnances Travail. Moi, je me dis, quand on fait les ordonnances Travail, ça va être terrible, parce que je me souviens de la loi Travail, deux ans avant : manifestations monstres, tension maximale. Et on fait les ordonnances Travail et ça passe. On fait la réforme de la SNCF et on termine le statut, on met fin au statut. Et on ouvre à la concurrence, on développe la concurrence. On dit comment est-ce que ça va se passer. On s’attend à des blocages complets. Et on ne les a pas tant que ça. Il y a des grèves… Mais ça passe. On dit qu’on va pouvoir entrer dans les universités, dans l’enseignement supérieur, sur le fondement d’une orientation sélective. […] Si vous avez suivi l’actualité politique des 20 ou 30 dernières années, vous savez que c’est une bombe. On le fait, il y a des universités qui sont occupées, on les désoccupe, et ça passe. »

Edouard Philippe
Premier Ministre 2017-2020

Après les retraites viendront d’autres réformes, tant que « ça passe ». L’éducation ne sera bien sûr pas épargnée : Collège, INSPE et Masters sont déjà en ligne de mire. Le droit du travail devrait suivre rapidement. Tant que « ça passe ». Mercredi, faisons en sorte que ça ne passe plus.

Sans les vacataires, l’Université s’arrête.

Les vacataires sont 130 000 en France. Témoins exemplaires de la précarisation massive de l’Université française, les personnels non statutaires portent à bout de bras les besoins d’enseignements de facs exsangues. Un rôle essentiel qu’ils et elles continuent d’assurer, bien que sous-payés et oubliés par le droit du travail. Jusqu’à quand ?

Le collectif Vacataires, doublons nos salaires, dont nous nous portons solidaires, revendique la déclaration d’une heure de préparation de cours pour chaque heure de cours réalisée, et propose d’organiser à cette fin un blocage de notes. Quelle que soit votre situation, nous vous invitons à soutenir le mouvement ou y prendre part sur le site du collectif : https://www.vacataires.org/.

En savoir plus sur RogueESR

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading