Posted on

Alex s’appellera Camille Noûs

Dans la pandémie que nous traversons, nos pensées vont aux malades, à leurs familles et aux personnels hospitaliers. Pendant la phase de confinement, de nombreux articles seront produits et, l’opération Alex étant prête, il nous a semblé raisonnable de ne pas la repousser à des temps moins douloureux. Réaffirmer un « Nous » scientifique résonne au contraire comme un engagement à la solidarité. Peut-être pouvons nous prendre part dès à présent à la reconstruction de la société qui aura nécessairement lieu dans quelques mois.

Sur la base du sondage auquel vous avez été très nombreux à contribuer, la meilleure des solutions pour « Alex » a été déterminée, qui a le mérite d’emporter l’adhésion d’une majorité des suffrages. L’opération est donc lancée dès maintenant, avec ce nom, Camille Noûs, qui du fait des normes éditoriales de nombreuses revues s’écrira la plupart du temps sous sa forme contractée C. Noûs. L’adresse courriel de communication associée est camille.nouscogitamus.fr.

Une suggestion pour le nom de son laboratoire de rattachement a été proposée plusieurs fois par courrier électronique : Laboratoire Cogitamus / Cogitamus laboratory.

Ce nom nous a semblé parfait, et nous souhaitons cette fois éviter de prendre un mois de plus pour aboutir par sondage à un choix équivalent. Le laboratoire Cogitamus, dont nous évoquons ci-dessous quelques possibilités d’usage, n’a pas d’adresse. Tous ceux qui le souhaitent sont invités à se déclarer chercheur associé ou chercheuse associée au laboratoire Cogitamus.

Comment expliquer à nos collègues ce que représente Camille Noûs ?

Camille Noûs représente la part collective irréductible de notre travail de construction, de critique et de consolidation des savoirs. La recherche repose en effet sur la coopération et sur le partage de travaux antérieurs : il n’y a pas de progrès de la connaissance en-dehors de cette dimension collective, au présent comme au passé, du travail de chercheur. La valeur de la recherche se  mesure donc à son appropriation collégiale, dans le partage, le dialogue et la controverse — autant de pratiques qui fondent les normes à l’aune desquelles nous reconnaissons la qualité d’une recherche. C’est de cette double exigence de collégialité et de qualité que Camille Noûs est le nom.

Sur le plan pratique, « Camille Noûs » fonctionne essentiellement comme un consortium savant tel qu’il en existe dans certaines sciences expérimentales, s’ajoutant aux auteurs proprement dits des publications. Au moins un texte à venir sera directement et exclusivement signé par le consortium, qui acquerra ainsi le statut de véritable auteur : la charte collective multilingue sur les principes de collégialité, de transparence et de qualité sur le respect desquels nous nous engagerons lorsque nous apposerons le nom « C. Noûs » à la liste des co-auteurs d’un article. Cette charte sera basée sur la profession de foi commune pour la candidature à la présidence du Hcéres, une fois celle-ci étoffée et discutée. Nous réfléchissons actuellement aux modalités de rédaction que nous vous proposerons et sommes ouverts à vos suggestions. Sur la base de vos propositions et du volontariat, d’autres textes pourront suivre concernant la déclinaison de ces principes de partage et de controverse collégiale (disputatio), notamment à l’échelle de grands champs disciplinaires. Le consortium « Camille Noûs » vivra et illustrera donc notre exigence commune.

Camille Noûs a vocation à devenir co-signataire de tout ou partie de nos publications, comme signe de notre inscription dans cette démarche collective. Selon les disciplines, les revues peuvent demander de préciser quelle partie d’un travail a été accompli par quelle personne. Dans ce cas, nous vous proposons d’indiquer que Camille Noûs a élaboré ou contribué à élaborer le cadre méthodologique, l’état de la recherche ainsi que les procédures de suivi post-publication, toutes choses qui relèvent effectivement de la construction collégiale des normes de la science.

Comment faire exister et vivre le laboratoire Cogitamus ?

Cogitamus est né de la nécessité de donner une affiliation à Camille Noûs et d’offrir une solution aux chercheurs désireux de s’associer à cette démarche collégiale mais empêchés de le faire par des contraintes diverses. Le statut de « membre associé au laboratoire XXX » est sans incidence budgétaire ou réglementaire et n’a pas de valeur institutionnelle, si bien que se donner une affiliation secondaire à Cogitamus ne présente aucun risque pour quiconque.

Pour autant, donner à ce laboratoire symbolique une existence réelle nous a semblé au fil des jours de plus en plus intéressant. Cogitamus serait à l’évidence délocalisé dans l’espace, omnidisciplinaire et expérimental. Cogitamus pourrait par exemple mettre en place des programmes de recherche au service de l’intérêt général et d’institutions sociales à inventer, qui nous aident à répondre collectivement à la multitude de crises qui s’amplifient mutuellement et auxquelles notre société va avoir à faire face. Par exemple, le projet d’ouvrage collectif préfigurant un système d’Université et de recherche conforme à nos exigences et aux aspirations de la société y aurait toute sa place. En outre, Cogitamus ne comptant que des membres associés, toutes et tous y sont égaux, ce laboratoire fera l’expérience concrète de la liberté académique et du pluralisme, dans l’esprit que les compagnies savantes du début de l’âge moderne entendaient promouvoir. Cogitamus pourra donc, d’une part, servir d’affiliation à de nombreux chercheurs précarisés, et d’autre part, donner un cadre à des recherches novatrices ou mêlant des disciplines et des institutions séparées Si Cogitamus se fonde sur une affirmation des fondements de la démarche scientifique en termes de service du bien commun, de défense des solidarités et d’inscription dans le temps long de l’humanité, ses usages s’inventeront au gré des nécessités.

Accessoirement, Camille Noûs et le laboratoire Cogitamus seront rapidement en tête de tous les classements dont nous n’avons que faire. À nous de les faire vivre conformément à nos aspirations.

dix-sept − 5 =